Kulture

Quand jeu vidéo rime avec poésie

Quand jeu vidéo rime avec poésie

Nombreux sont ceux qui pensent que les jeux vidéos ne sont guère plus qu’un passe temps pour adolescents boutonneux où la violence et la mort règnent en maîtres. Pourtant, il existe bon nombre d’œuvres vidéos ludiques qui ont élevé le jeu vidéo à l’état d’oeuvre d’art.

Si les licences triples A (comprenez par là les grosses sorties comme Call of Duty, Assassins Creed ou encore FIFA) ont pour la plupart choisi de mettre l’accent sur l’action, certains petits studios de jeux proposent autre chose avec des oeuvres bien plus poétiques et douces, que ce soit dans le gameplay ou tout simplement grâce au scénario et à l’ambiance. Souvent unanimement acclamés par la critique et les joueurs, ces oeuvres vidéoludiques originales pourraient bien être l’avenir du jeu indépendant en donnant aux petits studios la notoriété et la reconnaissance qu’ils méritent.

Les exemples ne manquent pas mais voici 5 des jeux qui ont ce petit truc en plus qui les rendent uniques et grâce auxquels on est sûr de passer un bon moment.

Ori & the blind forest :

Venu tout droit des Studio Moon, Ori and the Blind Forest n’avait laissé personne indifférent à l’E3 2014 grâce à son style graphique très “conte de fée” et qui n’est pas sans rappeler Trine.

Dans Ori and the Blind Forest, vous incarnez Ori, une petite créature blanche qui, aidé de Seyn, devra sauver la forêt de Kuro une énorme chouette maléfique qui s’est emparé de la lumière de l’arbre des esprits. Un scénario relativement classique, à l’image du gameplay qui, si il est largement maîtrisé et fonctionne à la perfection n’apporte rien de nouveau.

La force de Ori and the Blind Forest réside donc bel et bien dans l’ambiance qu’il est capable d’installer, que ce soit grâce à des graphismes magnifiques et des effets de lumière très réussis ou grâce à la bande originale. Il n’est absolument pas question ici de rock déchaîné ou de musiques épiques mais bien de mélodies douces souvent, envoûtantes mais parfois mélancoliques et inquiétantes. Dernier responsable de l’ambiance du jeu : Ori lui même. S’il ne paye de pas de mine, soyez assurés de vous attacher rapidement à cette petite bestiole  et d’avoir le coeur serré au moment de le quitter, à la fin de l’aventure.

Attention cependant, si Ori and the Blind Forest a des airs de jeu pour enfant, il n’en est rien et il vous demandera pas mal de persévérance et de réactivité pour réussir à traverser les différents tableaux.

Flowers :

Disponible sur le PSN, Flowers est une exclusivité PS3 mais c’est aussi, et surtout, un ovni vidéoludique. Il s’agit d’ailleurs plus d’un jeu contemplatif que d’un jeu d’action. Véritable ode à la nature, Flowers est le jeu parfait pour se reposer avec une longue et dure journée de travail.

Ici, tout commence avec une fleur dont un pétale s’envole. Ce pétale, c’est vous. Votre mission ? Voleter jusqu’aux fleurs voisines et les faire fleurir à leur tour. Au fur et à mesure, de nouveaux pétales se joignent à la danse et vous finissez par en contrôler toute une ribambelle. ThatGameCompagny, le studio créateur de ce petit chef d’oeuvre de paix et de douceur n’en est pas à son coup d’essaie avec Flowers, puisqu’ils s’étaient déjà fait remarquer avec des jeux tels que Cloud ou flOw.

Limbo :

Changement total d’ambiance avec Limbo. Là où les jeux précédents n’étaient que couleurs et douceurs, Limbo n’est que noirceur et mort. Ceci étant dit, dans Limbo vous incarnez un petit garçon qui se réveille dans les bois après avoir perdu sa soeur… et c’est à peu prés tout pour le scénario. Nombres de théories ont donc été débattues pour essayer de deviner l’histoire derrière ce jeu. La plus probable étant que ce petit garçon serait entré dans les limbes pour essayer de sauver sa soeur, morte dans un accident. Que de joyeuseté donc avec ce jeu disponible uniquement en noir et blanc, qui s’avère franchement glauque tant par l’environnement que par les morts violentes dont peut être victime votre petit personnage (empalé sur une patte d’araignée, broyé par des rochers, électrocuté, noyé ou encore découpé en rondelle par d’immense scies circulaires).

Playdead, les éditeurs et développeurs du jeu ont donc réussi un coup de maître en créant un jeu à l’ambiance lourde et au gameplay basé sur des énigmes parfois assez techniques à résoudre.

Dear Esther : 

Jeu contemplatif par excellence, Dear Esther se caractérise par son absence de gameplay réel. Il s’agit plus d’un film interactif que d’un jeu vidéo à proprement parler.

Dear Esther commence avec votre arrivée sur une île. Vous êtes seul, il n’y a pas de musique, rien que le bruit du vent et des vagues. Votre but ? Atteindre une tour en haut de laquelle brille une lumière rouge. Vous êtes maintenant libre de vous promener sur cette île mystérieuse et autrefois habitée, à en juger par les maisons en ruine que vous trouverez sur votre chemin. Le scénario étant ici aussi relativement obscur, les hypothèses et les débats vont bon train sur les forums.

Esther serait la femme du personnage, morte dans un accident de voiture dont il a lui même réchappé. Le voyage sur l’île serait donc une métaphore de la solitude éprouvée par le héro qui désirerait à son tour la mort.

L’ensemble du jeu, très court et parfois pesant distille son histoire par petites doses, suivant les errances du personnage et multiplie les références, brouillant parfois les pistes de ce qui pourrait être la ligne directrice d’un scénario. Peut être un peu trop intello et original pour être apprécié par le plus grand nombre, Dear Esther possède néanmoins de nombreux atouts pour séduire les plus curieux : on gardera par exemple en mémoire le passage dans les grottes, magnifique.

Journey : 

Finissons ce top avec l’un des jeux les plus marquants de l’année 2012 sur PS3. Journey est d’une part le grand frère de Flowers puisqu’il a été crée par le même studio, mais c’est aussi une débauche de couleur, de douceur et de poésie.

Dans Journey vous incarnerez un personnage énigmatique qui se lance dans un mystérieux voyage initiatique. Votre aventure commence dans le désert et vous emmènera jusqu’en haut d’immenses montagnes.

Acclamé par la critique, Journey a su allier un design minimaliste mais magnifique et une bande sonore soignée qui convient parfaitement à l’univers. L’avantage de ce jeu, par rapport à Flowers est tout simplement la possibilité de jouer à deux et de parcourir ensemble des tableaux somptueux.

Journey est clairement le jeu à ne pas manquer si au delà d’une histoire complexe et d’une action trépidante vous cherchez simplement à passer un bon moment de paix.

More in Kulture

Rangers du Web, gourous de l'Internet, Urban Shaker, webmag résolument positif, déniche l'info web 5.0 qui fera de vous le caïd à la machine à café. Biberonnés à base de Street Life & Pop Culture, nos mamans n°1 du chat sur minitel, ont inventés les chaînes e-mail sur le net et nous ont transmis le goût du digital.

L’ensemble des informations tendances de l’internet à ne pas manquer ici.

Urban Shaker, Pop & Street Culture only.

Copyright © 2011-2015 Proudly Made by SAS COMMUNICATION