Kulture

Paris Zone Libre

Paris Zone Libre

OPEN WALLS présente « PARIS ZONE LIBRE » la crème du STREET ART berlinois à Paris du 24 mai au 6 juin. Cette exposition réunira 5 artistes majeurs de la scène berlinoise, présentés pour la première fois à Paris. BR1, SP38, ALIAS, VERMIBUS & TONA, 5 artistes authentiques et radicaux, légitimés par la rue, armés pour réveiller la capitale française.

 

Voici une brève présentation des artistes qui seront présents :

BR1 (Décollage & Peinture)
Dans la lignée des affichistes du siècle dernier, cet artiste italien crée des affiches uniques, peintes à l’aide de couleurs vives et découpées à la main, représentant des femmes voilées dans leur quotidien de femmes. Il colle ensuite ses peintures dans les rues des grandes métropoles occidentales. En représentant des femmes voilées en mère de famille, en copines qui s’amusent, en activistes du printemps arabe ou bien simplement dans des scènes banales de la vie quotidienne, son œuvre est un outil de transmission de messages sociaux et de prise de conscience entre les différents groupes humains. La démarche de l’artiste se veut donc sociale.

SP38 (Sérigraphie & Peinture)
Après la chute du mur de Berlin en 1989, la capitale allemande est devenue le refuge privilégié des artistes alternatifs et radicaux. SP38 s’y est exilé au début des années 90 et n’a depuis cessé de contribuer quotidiennement au développement du Street Art à Berlin. Au fil des années, la ville s’est embourgeoisée mais le peintre s’y sent toujours à l’aise. Ses affiches clament des slogans ironiques tels que « No Propaganda », “Vive la bourgeoisie” , “I Don’t Wanna Be U’re Friend on Face-Book” ou plus récemment « Vive La crise ». Sa typographie unique, rouge sang, a fait le tour du monde. Il sera en Mai pour quelques semaines à Belleville.

ALIAS (Pochoir)
Figure emblématique du street art en Allemagne, anonyme et discret, son oeuvre est omniprésente dans les rues berlinoises depuis 10 ans et l’on reconnait immédiatement son style. Alias travaille minutieusement chacun de ses pochoirs et soigne particulièrement la découpe. Sobre, il aime jouer sur les ombres et les reliefs, il utilise un éventail de couleur réduit. Ses pochoirs représentent principalement des enfants et questionnent l’avenir de notre société. Très attaché à son travail dans la rue, il a longuement hésité à travailler en galerie, un pochoir sur toile ce n’est pas très intéressant. L’artiste a donc décider d’amener la rue dans la galerie et il attache un soin particulier au choix de ses supports. Chaque pièce, unique, est réalisée exclusivement à partir de matériaux trouvés dans la rue la nuit lorsqu’il travaille. Il affectionne particulièrement le bois et le métal.

VERMIBUS (Détournement Publicitaire, Peinture à l’Acide)
L’oeuvre de VERMIBUS commence et se termine dans la rue, qui joue un rôle essentiel dans la démarche de l’artiste. Né aux Baléares, cet artiste espagnol fait partie de la dernière génération d’exilés à Berlin. Il y collecte les affiches publicitaires dans le métro et les utilise ensuite comme matériau de base. Le processus de transformation commence dans son atelier: utilisant des dissolvants à base d’acide il efface les visages et la chair des modèles apparaissant sur les affiches ainsi que les logos des marques. Une fois la transformation achevée, il réintroduit ces affiches dans leur contexte d’origine et transgresse l’espace publicitaire. Le geste d’effacer les images avec un solvant est similaire au geste de la peinture, mais il s’agit en fait d’enlever les couleurs d’une image existante pour créer une nouvelle image et de nouveaux personnages. Une fois la transformation terminée, les personnages ont muté. Certains ressemblent à des fantômes, à des momies, à des monstres. Il y a quelque chose de très organique sur les créatures décharnées qui émanent alors des panneaux d’affichage. Ces personnages jusqu’alors parfaits, aseptisés, impersonnels se sont transformés et ont désormais beaucoup plus de singularité.

TONA (Pochoir)
Ce jeune artiste est issue de la scène alternative d’Hambourg (Gängeviertel). Hédoniste, il prend plaisir à travailler et si possible en voyageant, le plus possible : Berlin, Bristol, Londres, Vienne, Athènes, Paris, Valence, Amsterdam, Tel Aviv sont ses destinations favorites. Pour fonctionner, il utilise ses mains, son cerveau, des bidons, des pochoirs, de la colle, de la pâte, des marqueurs, des tampons, des déchets, des détritus, du papier, du bois, du plastique, beaucoup de cutters, un MacBook et encore tout un tas de chose que nous n’allons pas énumérer ici.

Le catalogue de l’exposition est constitué d’une vingtaine d’oeuvres originales.

 

SAVE THE DATE !

 

source:  http://www.openwallsgallery.com/

More in Kulture

Rangers du Web, gourous de l'Internet, Urban Shaker, webmag résolument positif, déniche l'info web 5.0 qui fera de vous le caïd à la machine à café. Biberonnés à base de Street Life & Pop Culture, nos mamans n°1 du chat sur minitel, ont inventés les chaînes e-mail sur le net et nous ont transmis le goût du digital.

L’ensemble des informations tendances de l’internet à ne pas manquer ici.

Urban Shaker, Pop & Street Culture only.

Copyright © 2011-2015 Proudly Made by SAS COMMUNICATION