Kulture

Icare Mag sur Spec Ops : The Line, un grand jeu pour un grand magazine

Icare Mag sur Spec Ops : The Line, un grand jeu pour un grand magazine

On vous en avait parlé d’Icare Mag il y a quelques temps déjà avec cet article, aujourd’hui, le magazine est sorti et comme prévu, il vaut le détour.

Icare Mag c’est en premier lieu un grande aventure, celle d’un passionné de jeux vidéos, Aurélien Beuzard, assez fou pour se lancer seul dans une tâche titanesque : rédiger à lui seul presque 200 pages en partant d’un jeu pas assez reconnu, passé à côté de son public.

Le pari était loin d’être gagné et pourtant avant d’avoir le temps de dire ouf, voilà que le magazine est commandé et qu’il trône sur le bureau de la rédac. Et la première chose qu’on se dit, c’est qu’il est beau. Les couvertures sont magnifiques (le magazine est réversible, d’un côté le dossier de Spec Ops, de l’autre, l’interview d’Allessandro Taini) et les pages ont un design minimaliste, très simple mais soigné. Attention cependant, si vous êtes phobique des grandes étendues de textes, vous risquez de prendre peur de certaines pages mais faites nous confiance, tout se lit très bien.
D’ailleurs, l’écriture, en plus de tout le travail de recherche nécessaire pour accoucher d’un bébé pareil, est certainement le point fort du magazine. À ceux qui la trouve trop élitiste et compliquée, j’ai envie de répondre qu’elle est simplement soignée et un minimum recherchée ce qui, je vous l’accorde, devient de plus en plus rare dans les magazines actuels.

icare-mag

Les lettres de John Conrad à sa femme

En ce qui concerne le contenu de cet Icare Mag, on en arrive à se demander comment il est possible de dégager autant de thématique autour d’un jeu passé inaperçu. De sa conception semée d’embûches aux choix dictés par l’économie, vous saurez tout de Spec Ops et il est très agréable d’avoir ainsi accès aux coulisses de la création d’un jeu, une tâche bien plus difficile à mener à bien qu’il n’y paraît.

Entre analyses et témoignages, Icare Mag aborde des thèmes comme l’américanisation, la place de la religion ou encore la perception de l’héroïsme. L’un des moments les plus poignants lors de la lecture reste sans aucun doute le témoignage de Christopher Westmoreland, vétéran de l’armée américaine et souffrant de stress post traumatique, de ses difficultés à retourner à la vie civile et à surpasser ses traumatismes, les mots de Christopher contribuent largement à montrer le vrai visage de la guerre.

Spec_Ops_Icare_Mag

Guerre et traumatisme

L’interview d’Alessandro Taini, d’une trentaine de page est relativement complète et permet au directeur artistique du studio Ninja Theory (DmC : Devil May Cry, Heavenly Sword, Enslaved) qui a réalisé la couverture, de retracer son parcours et ses collaborations avec différents éditeurs ainsi que sa passion pour l’art et la peinture.

S’il ne fallait retenir qu’une chose de cet Icare Mag, c’est sa richesse. Jamais encore il ne m’avait été donné de lire un magazine aussi bien documenté et proposant une analyse d’une finesse aussi rare. Et si les ventes en kiosques laissent à désirer, je ne saurais que trop vous conseiller de l’acheter si vous le croisez au détour d’un rayon, vous ne le regretterez pas.

Vos recherches :

  • icare mag
Kulture

More in Kulture

Rangers du Web, gourous de l'Internet, Urban Shaker, webmag résolument positif, déniche l'info web 5.0 qui fera de vous le caïd à la machine à café. Biberonnés à base de Street Life & Pop Culture, nos mamans n°1 du chat sur minitel, ont inventés les chaînes e-mail sur le net et nous ont transmis le goût du digital.

L’ensemble des informations tendances de l’internet à ne pas manquer ici.

Urban Shaker, Pop & Street Culture only.

Copyright © 2011-2015 Proudly Made by SAS COMMUNICATION