Kulture

En route vers l’enfer des geeks

En route vers l’enfer des geeks

Vague d’émotion pour la communauté geek. Le 11 janvier dernier, Aaron Swartz, hacker aguerri, s’est donné la mort à l’âge de 26 ans. Le suicide d’une cervelle prodige relance le débat sur l’accès au libre partage. Avec cette tragédie, il tend à représenter un véritable symbole de lutte pour la libération des biens intellectuels.

Une histoire de Geek

Cerveau brillant qui était reconnu pour avoir co-inventé les fils RSS à l’âge de 14 ans mais également pour avoir participé à l’essor du site de partage de liens Reddit. Le brillant hacker était devenu le geek-symbole du Guerilla Open Access, mouvement de désobéissance civile prônant le libre partage, par n’importe quelle façon.

Celui qui considérait comme illégitime les organismes faisant payer l’accès aux données scientifiques  s’est vu attribué de nombreuses peines. On lui a reproché de divulguer publiquement environ 5 millions d’articles scientifiques. Il n’était alors pas au bout de ses peines avec un risque de prison estimé à 35 ans, et pour combler le tout, une amende de 1 million de dollars. Rien que ça !

Pour la famille, les raisons de cette tragédie sont claires. « C’est le résultat d’un système judiciaire où l’intimidation et les poursuites excessives sont monnaies courantes. Les décisions prises par le bureau du procureur et le MIT ont contribué à sa mort ».

Alors, faut-il étendre la dépression de ce hacker à toute une communauté geek ?

Selon Nadim Kobeissi, pirate informatique également, Il y a des discussions sur des problèmes sociaux ou comportementaux que nous pouvons avoir dans la culture hacker. Mais aucune discussion sur pourquoi de jeunes hackers, particulièrement ceux qui s’efforcent de trouver de nouvelles méthodes de changement sociopolitique, se suicident. Et il n’y a aucune discussion sur le fait de savoir si la communauté hacker elle-même y est pour quelque chose.”

Faut-il en conclure que les pros du codage sont des déprimés sur la brèche constante de l’auto-destruction? Ne généralisons pas. Le suicide de l’icône d’une communauté n’est pas pour autant porteur du symptôme de ce fléau qu’est la dépression.

Vers un enjeu sociétal ?

De nombreuses réactions ont fait suite au suicide du jeune hacktiviste. Un universitaire, Micah Allen a lancé un hashtag #pdftribute sur Twitter, sollicitant ses confrères afin qu’ils mettent en ligne leurs publications et ce, en libre accès. Plusieurs centaines de scientifiques du monde entier ont suivi le mouvement en diffusant leurs articles gratuitement.

D’autres réactions sont aussi des plus frappantes. Ci-dessous la vidéo du célèbre groupe de pirates informatiques Anonymous. Avec un esprit de vengeance, ils décident de craquer le site internet de la Commission des condamnations du gouvernement américain. Une sorte d’hommage à Aaron Swartz.

Vos recherches :

  • geek suicide
  • suicide d un geek
  • suicide geek
Kulture

More in Kulture

Rangers du Web, gourous de l'Internet, Urban Shaker, webmag résolument positif, déniche l'info web 5.0 qui fera de vous le caïd à la machine à café. Biberonnés à base de Street Life & Pop Culture, nos mamans n°1 du chat sur minitel, ont inventés les chaînes e-mail sur le net et nous ont transmis le goût du digital.

L’ensemble des informations tendances de l’internet à ne pas manquer ici.

Urban Shaker, Pop & Street Culture only.

Copyright © 2011-2015 Proudly Made by SAS COMMUNICATION